AGENDA - SAISON 2020-2021


MOZART : Messe Couronnement

MOZART : Litaniae Lauretanae

BACH :Passion St Jean




1er Programme : CONCERT MOZART

Présentation par J. MARTIN

Le programme de ce concert nous permet d'aborder les différents aspects de l'œuvre de Mozart, de sa prime jeunesse aux derniers instants avant sa mort, en particulier dans le domaine religieux.

La sérénade n°13 en sol majeur K. 525 dite Une petite musique de nuit a été jouée en août 1787. Cette dernière sérénade composée par Mozart respire la joie par la spontanéité de son chant allègre autant que par la perfection dense et délicate de ses formes, pourtant écrite peu de temps après la mort de son père. Ne résonne-t-elle pas en fait comme un écho attendri à certaine heures heureuses de son adolescence ? Elle est de ce fait un point de liaison entre deux périodes de la vie de Mozart, celle passée lors de son adolescence à Salzbourg, puis de sa maturité développée à Vienne après l'année 1781, dont on entendra ce soir plusieurs témoignages

C'est ainsi que s'inscrit l'Offertoire « Sub tuum praesidium » K. 198 écrit en 1773 pour deux voix de femmes et orchestre à cordes, remarquable par la grande variété de la distribution, de la forme et de sa composition, écrit à son retour d'Italie, alors qu'il allait se trouver, à 17 ans, enfermé à Salzbourg, au service de Colloredo

Les Litanies de Lorette (Litaniae Lauretanae de Beata Maria Virgine) K.195 sont écrites en mai 1774 dans cette période salzbourgeoise afin de répondre aux demandes de son employeur, le Prince-Archevêque Colloredo. Elles sont d'origine mystérieuse. Certains émettent l'hypothèse que ces longues invocations n'ont pas d'origine biblique, mais viennent plutôt de la poésie latine médiévale, ou de l'Hymne acathiste byzantine à la Mère de Dieu. On pense que leur histoire est liée à celle de la Sainte Maison de Lorette , maison de la Vierge Marie, qui fut légendairement transportée depuis la terre sainte vers la ville de Lorette devenue sanctuaire marial. Ces litanies sont importantes pour les sœurs carmélites . Les litanies à la Sainte Vierge sont l'une des cinq litanies autorisées dans la liturgie

Nous en entendrons les trois derniers versets, sur les cinq qu'elles comportent : Salus informorum, Regina angelorum (pour ténor, quatuor de soliste et chœur), et Agnus Dei (pour soprano, quatuor de solistes et chœur).

Le Laudate Dominum est extrait des Vêpres d'un Confesseur K.339, écrit en mars 1780, œuvre écrite par Mozart peu avant de quitter Salzbourg. Ce passage se détache de l'ensemble de cette partition écrite dans un style plutôt académique et mondain, par l'intensité expressive apportée au texte.

Huit ans plus tôt, peu après la nomination de Colloredo au titre de Prince-Archevêque, le 14 mars 1772, Mozart, alors âgé de 16 ans, composait, en mai 1772, la Symphonie n°17 (K.129). Celle-ci fait partie des 8 symphonies dites Salzbourgeoises.

 

Ecrite en mars 1779 , La Messe solennelle n°14 en ut majeur, dite du Couronnement (K.317), inaugure une autre voie expressive que Mozart employait jusqu'alors dans ces compositions d'église en privilégiant un souci permanent de l'expressivité d'ensemble (sinon pour chaque parole) avec plus d'ampleur symphonique et de solennité monumentale, dans un esprit moins enfantin (ou moins mièvre) et plus viril. Ce dont Mozart est avant tout soucieux, c'est d'unité et de puissance. Ainsi, dans l'Agnus Dei, la soprano solo médite sur le Christ en croix et le péché.

Mozart écrivit cette messe à l'âge de vingt-trois ans, lors d'un moment de profond désarroi, sur une commande de l'archevêque de Salzbourg Hieronymus von Colloredo-Mannsfeld qu'il détestait.

Après la mort de sa mère à Paris où il reçut un accueil glacé et vivant une grave déception amoureuse avec Aloysia Weber , Mozart était en proie à de graves ennuis financiers. En janvier 1779, il se voit obligé de rentrer à Salzbourg afin de reprendre son poste de Konzertmeister . Mozart aurait alors écrit la Messe du Couronnement, datée sur le manuscrit du 23 mars 1779 , en l'honneur de la fête commémorative annuelle du Couronnement de la Vierge miraculeuse, tableau ayant échappé à un incendie en 1744 au sanctuaire baroque de Maria Plain en Autriche , le cinquième dimanche après la Pentecôte , et qui fut aussi vénéré à Salzbourg au XVII e  siècle. Cette messe fut jouée pour la première fois à Pâques en 1779 dans la cathédrale de Salzbourg. Une autre légende veut que la messe porte ce nom, donné à une date ultérieure de sa création au XIX e  siècle, du fait qu'elle ait été donnée lors du couronnement de deux princes, celui de Léopold II , Roi de Bohême à Prague , le 6 septembre 1791 , en présence de Mozart, et par Salieri en 1792, lors du couronnement de François III de Bohême , le futur François I er d'Autriche . Mozart emportera le manuscrit à Prague . Selon une source, Haydn aurait lui aussi dirigé la messe du couronnement de Mozart à la demande de l'épouse du prince Esterházy , qui l'avait entendue lors du couronnement de Léopold en 1791.

 

Analyse musicale

Le solo de l'Agnus Dei, annoncerait l'air Dove Sono de la Comtesse dans Les Noces de Figaro . «  Une des plus célèbres mélodies de l'œuvre religieuse de Mozart est certes l'aria de soprano de l'Agnus Dei. Mozart la réutilisera dans le fameux air "Dove sono" de la Comtesse au cœur des Noces de Figaro , rapprochant ainsi la femme qui se souvient de l'amour blessé et le Créateur s'apitoyant sur l'Agneau (ce n'est pas la seule fois où le sacré fait irruption dans les opéras de Mozart !). Après la voix soliste, en une magnifique procession, de la joie intérieure à la jubilation contagieuse, monte le magistral crescendo expressif et dynamique du "Dona nobis pacem". Le thème de la paix qui s'élève alors n'est autre que le motif lyrique du Kyrie. Cet allegro con spirito où alternent chœur et solistes, déploie avec l'aide des cuivres en fanfares, le brillant et le faste d'un grandiose final d'opéra »

 


2ème Programme : CONCERT BACH

La Passion selon Saint-Jean

de Jean-Sébastien Bach

La Passion selon St Jean fut créée à Leipzig en 1724, le jour du Vendredi-Saint. Jean-Sébastien Bach était alors âgé de 39 ans et venait de se remarier en 1721 avec Anna-Magdalena, après le décès de sa première femme. Nommé, un an auparavant, au poste de Cantor à l'Ecole St Thomas de Leipzig, il demeura en cette ville où il composa la plus grande partie de ses œuvres religieuses, jusqu'à sa mort en 1750.

Après sa mort, son œuvre longtemps considérée comme démodée, ne ressuscita qu'en 1829 grâce à Mendelssohn qui fit exécuter sa «  Passion selon St Mathieu  ». Un véritable culte de Bach s'est alors développé ! Serait-ce là simple coïncidence avec le fait que le Chœur Marc-Antoine Charpentier interpréta justement l'an passé, le magnifique Psaume 42 «  Wie der Hirsch schreit  » de ce compositeur ?

La Passion selon St Jean est écrite pour 5 solistes, un chœur mixte à 4 voix, un orchestre de chambre. L'action du drame est exposée lors des récitatifs animés par l'évangéliste (ténor) et des interventions de Jésus (basse), de Pierre (baryton) et Pilate (baryton) ainsi que celles du peuple qui s'exprime lors de chœurs particulièrement réalistes.

Des Arias confiés aux solistes (alternativement soprano, alto, ténor ou basse) soulignent les instants de méditations et de réflexions suscités lors du développement du drame qui se déroule. Les chœurs interviennent également sous forme de Choral , afin d'exprimer les sentiments qu'éprouve l'assistance face à l'évocation de la tragédie qui leur est présentée. Ce sont en quelque sorte des prières que celle-ci pouvait alors chanter.


 

J.S. BACH

Biographie

- vu par France Musique : JS BACH

- "Le père de la musique"

- vu à la Philharmonie de Paris : JS Bach


La Passion selon saint Jean ( Passio secundum Johannem ), BWV 245, est une passion de Johann Sebastian Bach (Jean-Sébastien Bach). Elle a été composée durant la première année où Bach était devenu cantor de l'Église Saint-Thomas de Leipzig et jouée dans le même lieu pour la première fois le Vendredi saint 1724, soit le 7 avril 1 .

Cette œuvre relate et commente la Passion du Christ d'après l' évangile de Jean . Elle constitue, avec la Passion selon saint Matthieu de Bach également, l'apogée d'une très ancienne tradition remontant au Moyen Âge consistant à chanter la passion du Christ pendant la semaine sainte . Il s'agit d'une des plus riches et plus grandioses œuvres de ce genre 2 , et une des œuvres majeures de Bach. Son exécution dure environ 2 heures.

[suite sur wikipedia ...]


Messe du Couronnement

Mozart écrivit cette messe à l'âge de vingt-trois ans, lors d'un moment de profond désarroi, sur une commande de l'archevêque de Salzbourg Hieronymus von Colloredo-Mannsfeld qu'il détestait.

Après la mort de sa mère à Paris où il reçut un accueil glacé et vivant une grave déception amoureuse avec Aloysia Weber , Mozart était en proie à de graves ennuis financiers. En janvier 1779, il se voit obligé de rentrer à Salzbourg afin de reprendre son poste de Konzertmeister , (compositeur de la musique religieuse de la cour). Cette messe courte, une « Missa brevis », dure vingt-cinq minutes [1] .

Mozart aurait écrit la Messe du Couronnement, en ut majeur (Krönungsmesse, K317), datée sur le manuscrit du 23 mars 1779 , en revenant de Salzburg, et en l'honneur de la fête commémorative annuelle du Couronnement de la Vierge miraculeuse du sanctuaire baroque de Maria Plain en Autriche , en 1744 , le cinquième dimanche après la Pentecôte , tableau ayant échappé à un incendie, et qui fut aussi vénéré à Salzbourg au XVII e  siècle, et cette messe fut jouée pour la première fois à Pâques en 1779 dans la cathédrale de Salzbourg [2] .

 

Une autre légende veut que la messe porte ce nom, donné à une date ultérieure de sa création au XIX e  siècle soit du au fait qu'elle ait été donnée lors du couronnement de deux princes, lors celui de Léopold II , Roi de Bohême à Prague , le 6 septembre 1791 , en présence de Mozart la dernière année et par Salieri lors du couronnement de François III de Bohême , en 1792 , le futur François I er d'Autriche . Mozart emportera le manuscrit à Prague . ? Selon une source [3] , Haydn aurait lui aussi dirigé la messe du couronnement de Mozart à la demande de l'épouse du prince Esterházy , qui l'avait entendue lors du couronnement de Léopold en 1791.

Analyse musicale

Le solo de l'Agnus Dei, annoncerait l'air Dove Sono de la Comtesse dans Les Noces de Figaro . «  Une des plus célèbres mélodies de l'œuvre religieuse de Mozart est certes l'aria de soprano de l'Agnus Dei. Mozart la réutilisera dans le fameux air "Dove sono" de la Comtesse au cœur des Noces de Figaro , rapprochant ainsi la femme qui se souvient de l'amour blessé et le Créateur s'apitoyant sur l'Agneau (ce n'est pas la seule fois où le sacré fait irruption dans les opéras de Mozart !). Après la voix soliste, en une magnifique procession, de la joie intérieure à la jubilation contagieuse, monte le magistral crescendo expressif et dynamique du "Dona nobis pacem". Le thème de la paix qui s'élève n'est autre que le motif lyrique du Kyrie. Cet allegro con spirito où alternent chœur et solistes, déploie avec l'aide des cuivres en fanfares, le brillant et le faste d'un grandiose final d'opéra.  »


Mozart : Litaniae Lauretanae de Beata Maria Virgine Kv. 195

Les litanies de Lorette ( Litaniae Lauretanae ou Litanies de la Sainte Vierge ), dans la tradition catholique , sont une prière vocale caractérisée par la répétition psalmodiée de demandes d'intercession - « priez pour nous » - adressées à la Vierge Marie , Mère de Dieu , sous les différents vocables et titres qui lui furent donnés par la dévotion mariale au cours de l'histoire.

Description

Elles énumèrent toutes les qualités religieuses de la Vierge Marie. Les litanies ont par définition une nature répétitive, et dans ces prières les formules «Priez pour nous» et «Ayez pitié de nous» sont fréquemment redites. Aussi, la formule « Kyrie eleison » adressée au Christ est ici consacrée au commencement des litanies. «Mater», «Virgo», «Vas» et «Regina» sont les titres honorifiques soulignés par celui ou celle qui prie. L'ensemble se termine par un tercet semblable à l' Agnus Dei et un prions .

L' Église recommande de dire ces litanies après le rosaire . Le mois de Marie est un temps opportun pour les prier. Léon XIII les avait spécialement recommandées pour le mois d'octobre. Les gens qui sont en situations difficiles, les persécutés, les opprimés, les prisonniers, les malades, ceux qui sont stressés par la vie peuvent très bien invoquer Notre-Dame ainsi. Pour acclamer en groupe, celui qui est à la tête des chanteurs, des prieurs, des moines, dit le verset, et les autres entonnent le répons .

Origine

Elles sont d'origine mystérieuse. Beaucoup de panégyriques et d'écritures ascétiques ont été composées pour élucider ce mystère. Certains émettent l'hypothèse que ces longues invocations n'ont pas d'origine biblique, mais viennent plutôt de la poésie latine médiévale, ou de l'Hymne acathiste byzantine à la Mère de Dieu. On pense que leur histoire est liée à celle de la Sainte Maison de Lorette , maison de la Vierge Marie, qui fut légendairement transportée depuis la terre sainte vers la ville de Lorette devenue sanctuaire marial. Une autre version les attribue au cardinal Savelli . Le Pape Sixte V , originaire de Grottamare , non loin de Lorette , les approuva par une bulle pontificale le 11 juillet 1587 dite «Reddituri» 1 . Benoît XIII en 1728 et Pie VII en 1817 leur attribuèrent des indulgences 2 , 3 . Josef Sauren a composé un ouvrage pour trouver leur source. Ces litanies sont importantes pour les sœurs carmélites .

Les litanies à la Sainte Vierge sont l'une des cinq litanies autorisées dans la liturgie, avec les litanies des saints , les litanies du Saint Nom de Jésus , les litanies à Saint Joseph , les litanies du Sacré-Cœur .


La Passion selon Saint-Jean

de Jean-Sébastien Bach

La Passion selon St Jean fut créée à Leipzig en 1724, le jour du Vendredi-Saint. Jean-Sébastien Bach était alors âgé de 39 ans et venait de se remarier en 1721 avec Anna-Magdalena, après le décès de sa première femme. Nommé, un an auparavant, au poste de Cantor à l'Ecole St Thomas de Leipzig, il demeura en cette ville où il composa la plus grande partie de ses œuvres religieuses, jusqu'à sa mort en 1750.

Après sa mort, son œuvre longtemps considérée comme démodée, ne ressuscita qu'en 1829 grâce à Mendelssohn qui fit exécuter sa «  Passion selon St Mathieu  ». Un véritable culte de Bach s'est alors développé ! Serait-ce là simple coïncidence avec le fait que le Chœur Marc-Antoine Charpentier interpréta justement l'an passé, le magnifique Psaume 42 «  Wie der Hirsch schreit  » de ce compositeur ?

La Passion selon St Jean est écrite pour 5 solistes, un chœur mixte à 4 voix, un orchestre de chambre. L'action du drame est exposée lors des récitatifs animés par l'évangéliste (ténor) et des interventions de Jésus (basse), de Pierre (baryton) et Pilate (baryton) ainsi que celles du peuple qui s'exprime lors de chœurs particulièrement réalistes. Des Arias confiés aux solistes (alternativement soprano, alto, ténor ou basse) soulignent les instants de méditations et de réflexions suscités lors du développement du drame qui se déroule. Les chœurs interviennent également sous forme de Choral , afin d'exprimer les sentiments qu'éprouve l'assistance face à l'évocation de la tragédie qui leur est présentée. Ce sont en quelque sorte des prières que celle-ci pouvait alors chanter.


ARCHIVES
agenda_2011_2012
agenda_2013_2014 agenda 2014 - 2015 agenda 2015 - 2016 agenda 2016 - 2017
     
AMAC - Association Marc-Antoine Charpentier - Siège social : 42, Av. de Meaux - 77000 Melun - Directeur de la Publication : Jean MARTIN