les archives
année 1969

 

"Saül" de G.F. Haendel

De mois en mois R.N. Bréhamet se fit de plus en plus rare et le temps vint où il apparut qu'il ne pourrait plus diriger lui-même les concerts de la chorale. Jean Martin, pour sa part, se refusait à le faire, préférant se consacrer au rôle de soliste pour lequel il était formé. Depuis 1965 la trésorerie de la chorale était redevenue saine et le moment semblait venu de frapper un grand coup.

Mais il fallait éviter de recommencer les erreurs du passé. Le compositeur Jacques Bondon, mari d'Anne Duparcq, soprano, amie de Jean Martin, nous recommanda auprès de René-Pierre Chouteau, Directeur de l'Orchestre Symphonique d'Ile-de-France. Rendez-vous fut pris. A l'issue de l'entrevue entre R.P. Chouteau et J. Martin un accord fut conclu, que l'on pourrait qualifier d'historique, puisque ses effets se sont poursuivis  jusqu'en 1998 !

Ainsi, ce concert du 24 janvier 1969, qui risquait lui aussi de rester isolé dans le temps, fut le point de départ de la grande carrière réussie par la chorale M.A. Charpentier.

A la suite du concert du 24 janvier 1969 R.P. Chouteau, au nom du conseil d'administration, engage la chorale pour chanter la « Damnation de Faust » de Berlioz !

texte : J.M.

cliquez sur l'image pour l'agrandir

Orchestre Symphonique d'Ile de France

Direction René-Pierre CHOUTEAU

24 Janvier 1969 - Théatre de Fontainebleau - à l'orgue Mme Simone Hemmerdinguer